Une université populaire en chair et en ligne, dédiée aux Humanités...



Dialogue socratique


Voici un dialogue socratique imité par Epictète qui permet sans doute de comprendre toute la postérité de Socrate. Epictète, Entretiens, II, XII (17-24). Traduction V. Courdaveaux (1862).


Disons tout! De telles interrogations (1) aujourd'hui ne seraient pas sans péril, et surtout à Rome. Celui qui les fera, en effet, ne devra évidemment pas les faire dans un coin ; il devra aborder un personnage consulaire, si l'occasion s'en présente, ou bien un richard, et lui poser cette question : Peux-tu me dire à qui tu as confié tes chevaux ?
— Moi!
— Au premier venu, sans connaissance de l'équitation ?
— Nullement.
— Eh bien ! à qui as-tu confié ton argent, ton or, tes vêtements ?
— Je ne les ai pas non plus confiés au premier venu.
— Et ton corps, as-tu bien examiné à qui tu en confierais le soin ?
— Comment non ?
— Evidemment encore à quelqu'un qui se connût aux exercices du gymnase et à la médecine ?
— Parfaitement.
— Est-ce donc là ce que tu as de meilleur ? Ou n'as-tu pas quelque chose qui vaille mieux encore ?
— De quoi parles-tu ?
— De ce qui use de tout cela, par Jupiter ! de ce qui juge chacune de ces choses et qui en délibère.
— Tu veux parler de l'âme ?
— Tu m'as compris ; c'est d'elle que je parle.
— Par Jupiter ! je crois avoir là une chose qui vaut beaucoup mieux que toutes les autres.
— Peux-tu donc nous dire comment tu prends soin de ton âme ? Car il n'est pas probable que toi, qui es un homme de sens, si considéré dans la ville, tu ailles, sans réflexion, abandonner au hasard ce qu'il y a de meilleur en toi, que tu le négliges et le laisses dépérir ?
— Pas du tout.
— En prends-tu donc soin toi-même ? Et alors est-ce d'après les le-çons de quelqu'un, ou d'après tes propres idées ?

Il y a grand péril à ce moment que cet homme ne te dise tout d'abord : De quoi te mêles-tu, mon cher ? Est-ce que tu es mon juge ? Puis, si tu ne cesses pas de l'ennuyer, il est à craindre qu'il ne lève le poing et ne te frappe. Moi aussi, jadis, j'ai eu le goût de ces interrogations ; mais c'était avant de rencontrer cet accueil.

Note

(1) Il s’agit du dialogue socratique.

Jean-Michel Muglioni