Un atelier de lecture de l'Université conventionnelle animé par Nicolas Franck

Mercredi 2 mars 2011 de 19h30 à 21h30, au Lycée Dorian, 74, avenue Philippe-Auguste, Paris XI.
L'entrée est libre et gratuite.
Cette séance portera sur les chapitres 7, 8 et 9 du premier livre du Contrat Social.


Quelles sont les conséquences le l'établissement du Contrat Social?

C'est à cette question que répond Rousseau dans les deux derniers chapitres du livre 1 du Contrat Social, en s'intéressant d'abord aux conséquences morales, puis aux conséquences matérielles.

Dans le chapitre 8 en effet, il montre que le contrat fait des hommes des êtres libres et même, si on prend littéralement le texte, des êtres proprement humains, en les élevant à la moralité. Nous verrons que cela rend nulle toute critique convenue de Rousseau, l'accusant de vouloir nous faire revenir à un hypothétique état de nature ou d'en avoir une sorte de mélancolie. Surtout cela rend absurde l'idée habituelle que la liberté consiste à faire ce que l'on veut et que le rôle de l'État est de la garantir comme on protégerait une propriété.

Dans le chapitre 9, il s'intéresse aux conséquences matérielles du contrat. Locke faisait de la conservation des biens de chacun la fin de toute association politique et l'on retrouve cette idée dans la Déclaration de 1789. Il y a, pour lui, continuité de l'état de nature à la société politique. Rousseau montre tout au contraire que la propriété est une institution civile. Cela veut-il dire que l'État a tout pouvoir sur les biens des citoyens? Nous tenterons de répondre à cette question en montrant que c'est au nom d'une très haute idée de la liberté que sont remis en cause deux principes essentiels du libéralisme.

Télécharger cette séance.

[MAJ] Vous pouvez télécharger ici le cours donné l'année dernière sur la propriété à l'occasion de la lecture du Second Discours.

Nicolas Franck
Rédigé par Nicolas Franck le Dimanche 27 Février 2011 à 18:34