Une université populaire en chair et en ligne, dédiée aux Humanités...


Bernard de Mandeville



Bernard de Mandeville naît le 15 Novembre 1670 à Rotterdam. Son père est un médecin célèbre, et lui-même s'engage dans cette voie. Il se spécialise dans les maladies nerveuses, et défend notamment les thèses cartésiennes de l'automatisme chez les animaux.

En 1691, après avoir achevé ses études, il quitte la Hollande pour l'Angleterre, où il passera le reste de sa vie. Parallèlement à la pratique de la médecine, pour laquelle il devient rapidement connu, il écrit et publie. Ses premiers travaux sont des traductions anglaises des Fables de La Fontaine (1703). A partir de cette date et jusqu'à sa mort, il publie des travaux médicaux, et surtout, ce qui fera sa célébrité, des essais et des pamphlets.

Dès 1705, il publie un long poème, The Grumbling Hive, or Knaves Turn'd Honest (La Ruche murmurante ou les fripons devenus honnêtes gens), qui constitue la première partie de son fameux essai, The Fable of the Bees : or, Private Vices, Publick Benefits (La fable des abeilles : ou, vices privés, bénéfices publics), publié en 1723.

Les positions qu'il défend, dans la Fable des Abeilles comme dans ses autres écrits, sont celles d'une nature humaine essentiellement mauvaise, c'est-à-dire égoïste et insatiable. Cependant, ces appétits individuels ne doivent pas être réprimés, au contraire, leur libre jeu conduit à la prospérité commune.

Ces thèses provocantes et scandaleuses lui valent une très grande célébrité, et même un procès pour « tendances immorales » en 1729.

Il meurt de la grippe le 21 Janvier 1733. Le cœur de sa pensée, « les vices privés font le bien public », deviendra un des fondements de l'économie politique naissante.



Thomas Vendryes








La critique du jugement
Lire Descartes
 



Lire Platon
Lire Kant
Philosophie et religion



Lire Balzac
Questions sur le vivant
Histoire de l'art