Une université populaire en chair et en ligne, dédiée aux Humanités...


La philosophie est-elle irreligieuse ?



Julien Douçot, qui avait déjà animé pour l'université conventionnelle, un atelier de lecture consacrée à Spinoza proposera cette année une douzaine de séances bi-mensuelles consacrée à la difficile question des rapports entre philosophie et religion. L'actualité du cours sera actualisé en continu sur son blog dédié.



La philosophie est-elle irreligieuse ?
Le but de ses séances est de chercher à définir les rapports entre philosophie et religion – ou, plus précisément, de dégager ce que les relations entre philosophie et religion ont de problématique. Nous restreindrons notre question en nous limitant au strict de point de vue de la philosophie : il s'agira de savoir comment la philosophie investit, pense et définit cet étrange objet qu'est pour elle la religion.

Le problème se pose de façon aiguë, et ce dès les commencements de la philosophie : Socrate n'est-il pas accusé de corrompre la jeunesse en lui apprenant à se détourner des Dieux de la Cité ? La charge contre Socrate n'est sans doute pas anodine – elle n'est pas qu'un prétexte : elle semble bel et bien faire apparaître une rivalité profonde, inévitable, entre religion et philosophie.

Nous suivrons les développement de cette rivalité à partir du procès de Socrate, puis dans le matérialisme de l'antiquité. Nous nous demanderons ensuite dans quelle mesure cette opposition recoupe une autre opposition possible, cette fois entre la science et la religion – et si cette dernière demeure légitime. Nous tenterons enfin de poser la question de l'athéisme : qu'est-ce qu'un athée, sachant qu'il se définit dans un rapport essentiel à la religion, et qu'il affirme pour sa part une sorte de Foi ? Y a-t-il un athéisme consubstantiel à la philosophie ?









Julien Douçot