Une université populaire en chair et en ligne, dédiée aux Humanités...


Séance du 12 mars 2009


Le cours précédent n’a finalement porté que sur la question de savoir ce que signifie l’analogie par laquelle Aristote s’élève des arts et métiers à l’éthique : le passage de l’idée de fonction ou d’œuvre, qui suppose un métier, une compétence technique déterminée, c’est-à-dire une spécialisation, à la tâche de l’homme en tant qu’homme. Nous allons aujourd’hui parvenir à la notion de vertu ou d’excellence. De l’idée de fonction ou de tâche, nous allons simplement passer à celle de fonction bien remplie : l’homme de bien – spoudaios - accomplit sa tâche d’homme. Reprenons Montaigne : il « fait bien l’homme et dûment ». L’homme est son œuvre.

La vertu ou excellence – arétè - est la disposition ou l’aptitude « en vertu de » laquelle l’homme est pleinement homme. Tel était l’objet annoncé pour le cours précédent, que nous considérerons aujourd’hui avant de passer à l’idée de vie rationnelle ou raisonnable, et de là à la distinction aristotélicienne entre vertus éthiques et dianoétiques, morales et intellectuelles, du caractère ou de l’intelligence, à partir du chapitre 13 du livre 1 de l’Ethique à Nicomaque.

www.univ-conventionnelle.com/downloads/files/46463/

Jean-Michel Muglioni








La critique du jugement
Lire Descartes
 



Lire Platon
Lire Kant
Philosophie et religion



Lire Balzac
Questions sur le vivant
Histoire de l'art