Un atelier de réflexion de l'Université conventionnelle animé par l'UFAL

La séance aura lieu au lycée Dorian, 74 avenue Philippe Auguste, de 20h à 22h. Elle sera animée par Frédéric Dupin. L'entrée est libre et gratuite.


L'égalité des chances à l'école? jeudi 24 mars 2011
La notion d’égalité des chances est devenue incontournable lorsqu’on s’aventure à parler d’école aujourd’hui ; il n’est pas sûr pour autant que son sens soit bien clair, ni qu’il contribue à la compréhension de ce que doit être encore l’école républicaine.

Notre analyse entendra ainsi d’abord clarifier des termes souvent employés à tort et à travers : « école de la réussite », « méritocratie » , « ascenseur social » etc., afin de nous dégager de certaines habitudes de penser.

Non, en effet, l’école n’est pas, en tant que telle, l’instrument privilégié du classement social ! Et la pensée de l’école n’a ni vocation à se réduire à une critique stérile de la sempiternelle « reproduction », ni a prendre la roue de la « formation tout au long de la vie » au nom de l’ouverture des carrières.

Car parler d’égalité des chances à l’école, c’est peut-être d’abord s’interroger sur les liens et les devoirs réciproques qui associent l’école à la société, en sorte qu’une instruction républicaine ne consisterait pas à adouber des parvenus tandis qu’on endort les déclassés, mais à juger tous les œuvres et tous les travaux à l’aune de l’exigence critique et de la pensée libre.

Rédigé par Frédéric Dupin le Dimanche 20 Mars 2011 à 17:52


La séance aura lieu au lycée Dorian, 74 avenue Philippe Auguste, de 20h à 22h. Elle sera animée par Bernard Teper. L'entrée est libre et gratuite.


Histoire du concept et des pratiques de la République en France, jeudi 10 mars 2010

Après la conférence inaugurale du 10 février 2011, l’historien J.P. Scot interroge le passé politique de la France sous l’angle de la démocratie : la France est-elle encore une République démocratique et sociale ?

« La démocratie sociale et la démocratie politique ne sont pas des soeurs jumelles et ne marchent pas côte à côte, main dans la main ? Les partis socialiste puis communiste ont assuré longtemps la fonction plébéienne de relais politiques des luttes des travailleurs tout en assurant la défense de la République contre le fascisme et le nazisme. Mais les victoires politiques de 1981 et de 1996 se sont traduites par de graves défaites sociales. Pourquoi ? »

La « triple crise » de la démocratie française sera analysée en trois temps :

⁃ le suffrage est-il réellement universel, égalitaire, sincère ?
⁃ la participation est en crise,
⁃ la souveraineté est bafouée par la « démocratie d’opinion ».

Rédigé par MArie Perret le Lundi 7 Mars 2011 à 20:24


La séance aura lieu au lycée Dorian, 74 avenue Philippe Auguste, de 20h à 22h. Elle sera animée par Bernard Teper. L'entrée est libre et gratuite.


La république sociale, une voie pour l'émancipation au XXIème siècle, jeudi 10 février 2011
Les principes laïques et républicains sont au cœur du processus d’émancipation qui est développé en France du siècle des Lumières, de la Révolution française et de la Ière République jusqu’à la période marquée par le Conseil national de la résistance (de 1943 à la fin des années 1970), en passant par les différentes républiques constituées, la Commune, 1936… La régénération des forces de progrès a constamment succédé aux forces de la régression ; deux guerres et une crise économique majeure n’ont pas pu freiner ce processus au XXe siècle.

Or, depuis une trentaine d’années, la phase qualifiée de turbocapitalisme, corrrespondant à une financiarisation du capitalisme, semble tout détruire sur son passage : l’école, les services publics, la protection sociale, les droits sociaux, le droit au travail, au logement décent, etc.

Quel modèle politique pouvons-nous utiliser pour retrouver le processus d’émancipation ? Le
concept de République sociale qui a pris corps au sein de la IIe République, s’est affirmé avec vigueur avec Jean Jaurès et ses amis au début de la IIIe. Il réapparaît en 1936, dans le programme du CNR… faisant la preuve de sa capacité d’adaptation sur le temps long.

Quelles en sont les caractéristiques au XXIe siècle ? Quelles ruptures rend-il nécessaires ? Quels en sont les principes opératoires ? Alors que le fossé s’accroît entre les couches populaires et les élites politiques y compris de gauche, pourquoi ce modèle qui répond directement aux besoins et aspirations des couches populaires (ouvriers, employés, représentant 53% de la population française) subit-il tant de résistance de la part des élites politiques ?

Alors, on en débat ensemble ?
Rédigé par Bernrad Teper le Lundi 7 Février 2011 à 20:36
1 2 3 4 5 » ... 6



Université conventionnelle


Archives


Recherche

RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

web républicain


l'Union des familles laïques

L'UFAL est un mouvement d'éducation populaire laïque tourné vers l'action. Il est favorable à une stratégie à front large et est une des rares organisations favorables à la globalisation des luttes (démocratiques, laïques, sociales, féministes, écologiques, etc.). L'UFAL est favorable à une alliance entre les couches populaires, les couches sociales marginalisés et précarisés et les couches moyennes. De ce fait, elle fait un effort tout particulier au sein des couches populaires. Pour plus d'informations, voyez son site principal.