Une université populaire en chair et en ligne, dédiée aux Humanités...


Sganarelle et le sceptique Marphurius, Le mariage forcé, scène V


Voici la caricature géniale que Molière nous donne du philosophe sceptique. Sganarelle cherche à savoir s’il a ou non raison de se marier et interroge sur ce point un philosophe sceptique, Marphurius.


Sganarelle et le sceptique Marphurius, Le mariage forcé, scène V
MARPHURIUS.- Que voulez-vous de moi, Seigneur Sganarelle?
SGANARELLE.- Seigneur Docteur, j'aurais besoin de votre conseil sur une petite affaire dont il s'agit; et je suis venu ici pour cela. Ah! Voilà qui va bien. Il écoute le monde, celui-ci.
MARPHURIUS.- Seigneur Sganarelle, changez, s'il vous plaît, cette façon de parler. Notre philosophie ordonne de ne point énoncer de proposition décisive; de parler de tout avec incertitude; de suspendre toujours son jugement: et par cette raison vous ne devez pas dire "Je suis venu"; mais "Il me semble que je suis venu."
SGANARELLE.- Il me semble?
MARPHURIUS.- Oui.
SGANARELLE.- Parbleu, il faut bien qu'il me semble, puisque cela est.
MARPHURIUS.- Ce n'est pas une conséquence; et il peut vous sembler, sans que la chose soit véritable.
SGANARELLE.- Comment, il n'est pas vrai que je suis venu?
MARPHURIUS.- Cela est incertain; et nous devons douter de tout.
SGANARELLE.- Quoi? Je ne suis pas ici; et vous ne me parlez pas?
MARPHURIUS.- Il m'apparaît que vous êtes là, et il me semble que je vous parle: mais il n'est pas assuré que cela soit.
SGANARELLE.- Eh! Que diable, vous vous moquez. Me voilà, et vous voilà bien nettement; et il n'y a point de me semble à tout cela. Laissons ces subtilités je vous prie; et parlons de mon affaire. Je viens vous dire que j'ai envie de me marier.
MARPHURIUS.- Je n'en sais rien.
SGANARELLE.- Je vous le dis.
MARPHURIUS.- Il se peut faire.
SGANARELLE.- La fille, que je veux prendre, est fort jeune, et fort belle.
MARPHURIUS.- Il n'est pas impossible.
SGANARELLE.- Ferai-je bien, ou mal, de l'épouser?
MARPHURIUS.- L'un, ou l'autre.
SGANARELLE.- Ah! Ah! Voici une autre musique. Je vous demande, si je ferai bien d'épouser la fille dont je vous parle.
MARPHURIUS.- Selon la rencontre.
SGANARELLE.- Ferai-je mal?
MARPHURIUS.- Par aventure.
SGANARELLE.- De grâce, répondez-moi, comme il faut.
MARPHURIUS.- C'est mon dessein.
SGANARELLE.- J'ai une grande inclination pour la fille.
MARPHURIUS.- Cela peut être.
SGANARELLE.- Le père me l'a accordée.
MARPHURIUS.- Il se pourrait.
SGANARELLE.- Mais en l'épousant, je crains d'être cocu.
MARPHURIUS.- La chose est faisable.
SGANARELLE.- Qu'en pensez-vous?
MARPHURIUS.- Il n'y a pas d'impossibilité.
SGANARELLE.- Mais que feriez-vous, si vous étiez en ma place?
MARPHURIUS.- Je ne sais.
SGANARELLE.- Que me conseillez-vous de faire?
MARPHURIUS.- Ce qui vous plaira.
SGANARELLE.- J'enrage!
MARPHURIUS.- Je m'en lave les mains.
SGANARELLE.- Au diable soit le vieux rêveur.
MARPHURIUS.- Il en sera ce qui pourra.
SGANARELLE.- La peste du bourreau. Je te ferai changer de note, chien de philosophe enragé.
MARPHURIUS.- Ah! ah! ah!
SGANARELLE.- Te voilà payé de ton galimatias; et me voilà content.
MARPHURIUS.- Comment? Quelle insolence! M'outrager de la sorte! Avoir eu l'audace de battre un philosophe comme moi!
SGANARELLE.- Corrigez, s'il vous plaît, cette manière de parler. Il faut douter de toutes choses; et vous ne devez pas dire que je vous ai battu; mais qu'il vous semble que je vous ai battu.
MARPHURIUS.- Ah! Je m'en vais faire ma plainte, au commissaire du quartier, des coups que j'ai reçus.
SGANARELLE.- Je m'en lave les mains.
MARPHURIUS.- J'en ai les marques sur ma personne.
SGANARELLE.- Il se peut faire.
MARPHURIUS.- C'est toi, qui m'as traité ainsi.
SGANARELLE.- Il n'y a pas d'impossibilité.
MARPHURIUS.- J'aurai un décret* contre toi.
SGANARELLE.- Je n'en sais rien.
MARPHURIUS.- Et tu seras condamné en justice.
SGANARELLE.- Il en sera ce qui pourra.
MARPHURIUS.- Laisse-moi faire.
SGANARELLE.- Comment? On ne saurait tirer une parole positive de ce chien d'homme-là, et l'on est aussi savant à la fin, qu'au commencement. Que dois-je faire dans l'incertitude des suites de mon mariage? Jamais homme ne fut plus embarrassé que je suis. Ah! Voici des Égyptiennes. Il faut que je me fasse dire par elles ma bonne aventure.

Note

Cette page a été commentée lors de la séance de l'atelier de Jean-Michel Muglioni du 10 novembre 2009. On se reportera également aux informations sur le scepticisme antique donnée à l'occasion de cette séance.

Jean-Michel Muglioni








La critique du jugement
Lire Descartes
 



Lire Platon
Lire Kant
Philosophie et religion



Lire Balzac
Questions sur le vivant
Histoire de l'art